Category Archives: Répression

Se défendre contre l’état d’urgence – rencontres à Rennes du 24 au 27 février

« Se défendre, c’est être libre »

Se défendre face à l’état d’urgence – programme et présentation

Alors que le prolongement de l’état d’urgence semble clairement se confirmer, et face à une mobilisation en demie-teinte, il nous a semblé nécessaire de questionner ce qui constitue aujourd’hui notre rapport politique à ces mesures d’exception, à travers trois soirées de débats, de projections et d’auto-formation.

Ces temps de discussions sont l’occasion pour nous de relancer une dynamique de mobilisation sous des angles d’attaques différents, en puisant dans l’histoire des mouvements ayant eu à faire face au précédent état d’urgence (instauré en 1955) et aux formes répressives qui en ont découlé, et qui ont marqué durablement les luttes des années 60-70.
Ces trois rencontres se pencheront plus particulièrement sur question fondamentale de la défense collective comme réponse possible à l’état d’urgence, une forme politique qui a caractérisé la puissance du mouvement révolutionnaire de l’après-68, et qui nous fait aujourd’hui cruellement défaut autant dans la rue que dans les tribunaux.

Le programme sera le suivant :

MARDI 23 FEVRIER – « L’emprisonnement sous l’état d’urgence »
18H à l’IEP (Science-Po) de Rennes
104 bv de la Duchesse Anne – M° Ste Anne
Table de presse avec distribution de textes, suivie d’une projection du film « Punishment Park »,
puis d’un débat sur les nouvelles formes d’emprisonnement d’exception (assignation à résidence, centre de rétention pour fichiers S…)

MERCREDI 24 FEVRIER – Auto-formation « Face à la police et la justice, défense collective !»
18H30 Maison de Quartier de Villejean, salle Rosalie
2 Rue de Bourgogne (M° Villejean ou Kennedy)
Présentation de guides et distribution de guide de défense suivi d’un débat :
« Que peut on dire et conseiller dans un guide militant ? »

JEUDI 25 FEVRIER – Discussion – Débat :
« L’état d’urgence est-il la fin de l’état de droit ou l’avènement d’un nouveau pouvoir judiciaire ? »
16H au bar le Panama au 28 Rue Bigot de Préameneu – M° Jacques Cartier

Avec la participation et le soutien du Genepi Rennes, des Archives Getaway, et de la legal team du comité ZAD de Rennes.

L’affiche et le texte de présentation sont en pièces jointes.

Venez nombreux et faites circuler l’appel dans vos réseaux !

Notre contact : defense-collective@riseup.net

Quelques liens pour préparer les rencontres :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/12/09/le-gouvernement-envisage-des-centres-de-retention-pour-les-personnes-fichees-s_4827979_3224.html

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/23/de-l-etat-de-droit-a-l-etat-de-securite_4836816_3232.html

http://getaway.eu.org/IMG/pdf/liasse_8_se_defendre_web.pdf

Ainsi que divers textes en complément :

https://vimeo.com/118691124

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/valerie-pecresse-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-614792.html
(voir la partie sur les risques de l’état d’urgence et l’appel à une réforme judiciaire et de la prison)

Legal Team

INFORMATIONS JURIDIQUES :

1) Le contact téléphonique permanent de la legal team du comité zad qui est : 06 78 00 32 46.
2) Un Tract court  reprenant le foncitonnement de la legal team ainsi que quelques conseils sur la conduite à tenir en cas d’arrestation en manif.
3) Un deuxième Tract long antirépression plus complet.

Ces tracts seront diffusés sur place pour le Karnaval.

La legal team du comité ZAD Rennes.

23 Janvier Grande manif contre l’État d’Urgence

Le 23 janvier une manifestation contre l’État d’Urgence est organisée. Nous relayons l’appel et les affiches :

Le Texte d’appel :

Appel à manifester, Appel à se rassembler,

Sur la base de nombreux appels qui sont publiés et discutés par les organisations ouvrières et démocratiques, par des collectifs et des individus, par des intellectuels et différents mouvements, nous nous rassemblerons et nous manifesterons à Rennes

le samedi 23 janvier 2016 à 14 heures, sur la dalle Kennedy à Villejean (métro Kennedy)

Contre l’état d’urgence, pour nos libertés,

Contre les lois sécuritaires, contre l’état policier

Contre les assignations et la déchéance de nationalité

Contre les interventions militaires en Syrie et ailleurs dont les populations civiles sont toujours les victimes

Pour nos revendications et nos luttes,

Parce que l’état d’urgence a pour conséquence de nous isoler, de nous museler,

Parce que pendant l’état d’urgence tous les plans de licenciements restent actifs, toutes les contre-réformes sont toujours à l’oeuvre, toutes les menaces sur la ZAD de Notre Dames des Landes sont accentuées, tous les actes racistes sont encouragés.

Etat d’urgence ou pas, rassemblons-nous et défendons nos libertés

samedi 23 janvier 2016

à 14 heures sur la dalle Kennedy à Villejean (métro Kennedy)

témoignages,

à 15 heures : départ en manifestation vers la préfecture de région Martenot (prises de paroles organisations)

 

Les affiches :

 

affiche-1 affiche-2 vivant2.ai

Les opposants à l’état d’urgence s’organisent

5 janvier 2016  Alors que l’exécutif entretient toujours le flou autour du renouvellement de l’état d’urgence, qui doit normalement se terminer le 26 février, la fronde augmente. Plusieurs tribunaux administratifs ont déjà remis en cause des assignations à résidence ou des fermetures d’établissement. Demain doit être lancé un conseil d’urgence citoyenne, destiné à fédérer les opposants.Les opposants à l’état d’urgence s’organisent… (article Mediapart, 5 janvier 2016)

Calais, au sein d’un bidonville en état d’urgence, devenu la honte de la France

15 décembre A quelques kilomètres de Calais, parqués dans un bidonville, des milliers de réfugiés continuent de vivre dans des conditions indignes d’un pays riche. La frontière vers le Royaume-Uni est devenue infranchissable. En six mois, vingt-deux migrants sont morts en essayant de la passer. Au sein du bidonville, jeunes militants européens et associations humanitaires tentent de subvenir aux besoins les plus indispensables, en particulier auprès des enfants et des femmes enceintes. Quand la nuit tombe, les tabassages de migrants isolés par des groupes d’extrême droite se multiplient, malgré la présence massive des forces de l’ordre. Reportage sur une situation honteuse pour la France.